Aménagement du territoire : jadis composante, aujourd’hui composé !

Méconnu d'aucuns, l'aménagement du territoire paraît nouveau comme concept au sein des institutions. Alors qu'il était, de façon historique, considéré comme une direction au sein d’un certain nombre de ministères classiques existants. Ce n’est pas tellement évident, à cet effet, de s’affirmer comme service public à part entier dans l’échiquier national.

L’action de l’aménagement est une  manière de disposer les personnes de façon harmonieuse, de repartir les activités, de doter le pays des équipements. Cela, dans une approche prospective pour éviter la problématique de superposition des titres, la problématique des inégalités de répartition des équipements sur l’ensemble du territoire, la problématique des conflits sur l’ensemble du territoire. 

Le pays a, longtemps, connu un vide en termes des outils de planification spatiale. Il y a eu quelques tentatives en 1997. Y a eu un schéma qui était initié en 1982, ensuite en 2004. Mais, elle semble n'être pas en soi un meilleur outil qui intégrait toute la problématique. 

Grâce à la Constitution de 2006, telle que complétée et modifiée à ce jour, la RDC a déclenché, en 2015, ensemble avec des partenaires extérieur, un processus de réformes de l’aménagement du territoire. Aujourd'hui, chose réelle : avec l’appui des partenaires extérieurs, et avec l’effort du gouvernement, la RDC s'est  lancé au processus de dotation des outils de planification spatiale. 

Aménagement du territoire : mesure préventive des catastrophes naturelles !

Aux commandes du ministère de l’Aménagement du Territoire depuis plus de deux ans, Guy Loando Mboyo entend doter le pays d’une politique bien claire dans son secteur. Il l’a annoncé au cours d’un briefing conjointement animé avec le Ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, que pour une première dans l’histoire, depuis plus de 67 ans, la RDC va être dotée des outils de planification spatiale, au travers notamment la Loi sur l’Aménagement du territoire, déjà adoptée à l’Assemblée nationale. 

Il s’agit, concrètement, d’une série de textes qui visent à réglementer le secteur de l’aménagement du territoire pour, entre autres, prévenir des risques, tels que ceux relatifs aux catastrophes naturelles, mais aussi booster le développement du pays en partant de la base. 

Des innovations attendues, notamment, la lutte contre les constructions anarchiques dans toutes les ETD et l’occupation illicite des espaces publics sur l’ensemble du pays. Parmi ces outils, on retrouve notamment : la politique nationale de l’Aménagement du territoire qui a été adopté le 20 juillet 2020. 

Cette politique est vue comme un instrument d’orientation de politique publique dans le secteur de l’Aménagement du territoire à l’horizon 2050.  Puis, la nouvelle loi comme deuxième outil. L’aménagement est géré jusqu'ici par un Décret de 1957 sur l’urbanisme, qui n’est, fort malheureusement, pas assez en termes de cadre légal pour réglementer le secteur de l’aménagement du Territoire.

Ensuite, le troisième outil de planification spatiale, c’est ce qu’on appelle les guides méthodologiques. Chaque province ainsi que les ETD doivent, grâce à ce guide,  avoir les plans provinciaux et locaux d’aménagement du territoire.

CM

Partager via

Laisser un commentaire