Liberté de la presse : où en est la RDC ? 

Comme chaque année le 3 mai, le monde commémore l’anniversaire de la liberté de la presse. En RDC, cette 30éme année est organisée autour du thème national : « La liberté d'expression à l'épreuve de la situation sécuritaire en RDC, nouvelle loi sur la presse pour une nouvelle dynamique ».

Cette célébration coïncide avec la promulgation par le chef de l’Etat de la nouvelle loi sur la presse. Le ministre de la communication et médias Patrick Muyaya, note que la nouvelle loi sur la presse congolaise marque le premier pas vers la salubrité médiatique. Un fléau que Félix Tshisekedi recommandait lors des États généraux de la communication et des médias.

Quid sur la nouvelle loi 

Promulguée par le Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI, l’Ordonnance Loi N°23/009 du 13 Mars 2023, fixant les modalités de l’exercice de la Liberté de la Presse, d’information d’émission par la Radio et la Télévision, la Presse Écrite ou tout autre moyen de communication en R.D.Congo. Elle remplace ainsi la Loi n°96/002 du 22 juin 1996 qui date de l’époque de la dictature du Maréchal Mobutu, considérée comme obsolète et très répressive de la liberté de la Presse. 

Le nouveau cadre légal se fonde sur les recommandations des travaux des états généraux de la presse organisés il y a un an. Cette loi dans son article 3 alinéa 11 explicite la qualité d’un journaliste professionnel, à son alinéa 20  la qualité d’un professionnel des médias . Par ailleurs, au regard de l’article 42 qui donne la prérogative à toute personne physique ou morale de  créer une entreprise de presse encore faudrait-il qu’il respecte la loi qui prévoit plusieurs conditions à son article 43 . 

 Quand Félix asomme les journalistes 

Le chef de l’Etat  a interpellé les journalistes sur ce fléau qui menace la  société à l'ère  du numérique. « J’attire votre attention sur la prolifération des informations erronées et non vérifiées autrement appelées Facknews ou infox sources de nombreux maux dans nos sociétés contemporaines », a-t-il indiqué.

La presse note des avancées positives 

En présence du président de la République, plusieurs acteurs dans le domaine de la communication et des médias ont dans leurs speechs souligné les avancées enregistrées dans ce secteur tout en interpellant des professionnels des médias quant à leurs responsabilités. 

Lors de son allocution, le président de l’Union nationale de la presse congolaise (UNPC) Gaby Kuba a profité de cette occasion pour appeler les professionnels des médias à la prise de conscience « Notre presse est appelée impérativement à se désolidariser et à quitter le cercle complotiste. Convertissez vous et retirez vos micros, vos caméras, vos plumes, de la conspiration contre la république», a-t-il dit.

La presse sous l’aire  de Fatshi

À l'entre-temps, la RDC  s’est tout même mieux comportée en matière de liberté de la presse.  Il y a 4 ans, « Au dernier classement qui vient d’être publié la RDC se positionner à la 124 place sur 180 pays du monde en 4 ans donc la RDC a encore gagné 30 places dans ce classement qui est le baromètre mondial de la démocratie», a indiqué, Le secrétaire général de l’ONG Journaliste en danger (JED), Tshivis Tshivuadi.

Instaurée par l’UNESCO le 3 mai 1993, cette journée mondiale sur la liberté de la presse sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels des médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle.

Sila MUNGINDA

Partager via

Laisser un commentaire