Marche du 13 mai : sans FCC, l’opposition sera-t-elle en mesure de mobiliser une foule pour inverser la tendance ?

La grande manifestation pacifique des opposants pour protester contre la cherté de la vie, dénoncer l’insécurité grandissante dont est victime le peuple congolais ainsi exiger la tenue des élections dans le délai constitutionnel ne laisse personne indifférent quant à sa réussite. Une marche qui ne tombe pas à pic après la sortie officielle de l’Union sacrée de la nation ( USN) qui s’est basculée dans une atmosphère de pré-campagne au stade des Martyrs le 29 avril dernier. Selon une certaine opinion, cette marche aura du mal à réussir du fait que ces sociétaires ne s'incarnent pas de valeurs intrinsèques d’hommes d’Etat. 

L’opposition croise les doigts…

Le 27 avril 2023, Devos Kitoko, Dieudonné Bolengetenge, Zakuna Yisedi et Franklin Tshiamala, respectivement secrétaires généraux de ECiDé, Ensemble pour la République, Envol et LGD, avaient notifié au gouverneur de Kinshasa la tenue de cette marche pacifique. La réponse de Ngobila se fait encore attendre « Cette marche aura comme premier point de départ, le Rond-point Lemba Super-échangeur de Limete-boulevard Lumumba-avenue Sendwe pour chuter au Palais du peuple, tandis que les autres manifestants partiront de la Place Sakombi-avenue Mbenseke-Station Ma Campagne-Triomphale-Palais », lit-on dans la correspondance adressée jeudi le 27 avril dernier au gouverneur. 

Une lutte en ordre dispersé comme toujours…

Fidèles à leurs aptitudes, il est de bon aloi avant des élections en RDC de voir l’opposition s’engager dans ce défi en ordre dispersé. Cette fois-ci, c’est plutôt le leader du Nouvel élan, l’opposant Adolphe Muzito accusé de faire allégeance à Félix Tshisekedi se décide de faire cavalier seul. Il ne trouve, cependant, pas d’adhérents à ses fondamentaux en l’occurrence, des discussions préalables autour d’un programme politique avant toute alliance.

FCC méconnaissable…

Tandis que l’opposition reste convaincue que l’Union sacrée aura du mal à offrir un deuxième mandat à Félix Tshisekedi du fait que tout ne tourne pas rond  dans le pays. Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) avait levé, depuis jeudi 5 janvier 2023 l’option de boycotter l’opération d’enrôlement des électeurs en cours. « Nous irons à l’enrôlement lorsque la CENI sera consensuelle car la crédibilité des élections passe par une CENI consensuelle. Toutes les parties prenantes doivent être représentées », avait souligné Emmanuel Shadary Ramazani.

Le parti de Joseph Kabila estime que l’actuelle équipe de la centrale électorale ne garantit pas la crédibilité du processus électoral en cours. Cette attitude de l’opposition renforce l’Union sacrée de la Nation qui a eu à prédire que ce groupe des quatre ne saurait nullement faire le contrepoids face à l’Union sacrée. 

Moïse Katumbi à Kinshasa pour mobiliser 

La présence de Moïse Katumbi à Kinshasa est un signe fort et un réel défi à relever après cette sortie officielle au stade des Martyrs de la Pentecôte. Le succès de cette marche joue pour sa relance dans l’opinion qui est encore restée obnubilée par cette dernière sortie de l’Union sacrée. Il reste à voir si cet événement permettra de consolider l’unité des partis politiques de l’opposition et de définir une feuille de route commune pour l’avenir de l’opposition congolaise.

Silas MUNGINDA

Partager via

Laisser un commentaire