RDC-Bretton Wood : le ciel est bleu !

Une allure tant tendu entre la République démocratique du Congo et le Fonds Monétaire International (FMI). De même avec la Banque mondiale. Depuis l'arrivée de Félix Tshisekedi, ces deux institutions ne cessent d'appuyer le pays en permanence sur le plan financier. En termes des chiffres, le FMI a à lui seul apporté une assistance dépassant la barre de 2 milliards de dollars américains.

La Banque mondiale a, par contre, permis à la RDC de multiplier par quatre son portefeuille des projets en quatre ans, soit de deux milliards à plus de huit milliards de dollars américains. En sus, la Banque mondiale appuie beaucoup de projets à impact visible. Kin-Elenda, financé à hauteur de 500 millions, en est une illustration. 

Il était prévu, au travers ce dernier projet cité, la mise en oeuvre d'une politique visant le développement des communes telles que Kisenso, Ndjili, et consorts via la construction des routes ainsi que l'embellissement des espaces publics. Mais hélas ! C'est dire qu'avec l'apport du FMI et de la Banque mondiale des  lendemains meilleurs peuvent être envisagés. Pourvu que les fonds décaissés soient canalisés vers les besoins réels des populations.

Le Président Félix Tshisekedi a, d'ailleurs, lors de la 97ème réunion du conseil des ministres, tenue le vendredi dernier, attiré l'attention du Gouvernement de la République sur les efforts devant être fournis pour consolider les retombées des relations qui lient la RDC aux deux institutions financières. Une exhortation aux allures d'une interpellation aux warriors. Résultats obligent...

Christian Musungayi

Partager via

Laisser un commentaire