Situation sécuritaire en RDC : Des maux qui bourrent le mandat de Félix Tshisekedi à la veille de la présidentielle

Trop d'armées étrangères, trop d’interlocuteurs diplomatiques sans coordination globale, trop de pays impliqués aux intérêts divergents rendent la situation sécuritaire à l’Est congolais ubuesque, à l’Ouest du pays, le conflit entre les communautés Teke et Yaka dans la province du Maï-Ndombe ne fait que des trêves , le récent rapport de l’Observatoire de Défense publique ( ODP) s’interrogeant sur le manque de discipline budgétaire restent des signaux assez dubitatifs quant à la promesse du président Tshisekedi de ramener la paix et de stabiliser la sociale des congolais.

À quand le dénouement du conflit entre Teke et Yaka ?

Le cycle de représailles entre les communautés Teke et Yaka, en conflit pour une redevance coutumière et un accès à la terre prend de plus en plus de nouvelles tournures et cela semble venir au bout du gouvernement central.

Une situation qui rend la société civile de Kwamouth assez perplexe qui du reste vendredi 28 avril 2023 a officiellement saisi les Nations Unies pour solliciter le déploiement des contingents de la Monusco dans les territoires de Kwamouth et Bagata en vue d'imposer la paix. Après le dépôt du mémorandum au siège de la Monusco à Kinshasa, le député national et porte-parole du groupe, Willy Bolio Emina Mpa Rewil, a affirmé que le gouvernement de la République a montré ses limites dans la protection des populations civiles.

« Nous sommes venus saisir officiellement les Nations-Unies avec un mémo pour dénoncer le laxisme du gouvernement de la RDC à protéger la tribu Teke», a-t-il expliqué devant la presse. «nous avons saisi les Nations-Unies pour demander l'application du chapitre 7 de sa charte sur la rupture de la paix. Que les Nations-Unies viennent imposer la paix parceque le gouvernement en est incapable»

EAC à la manière d’une Monusco-bis…

Le retour de la paix et le retrait total des rebelles du M23 se font toujours attendre à l’Est du Congo. Le doute plane encore sur la nature et la durée du mandat des soldats de l’East African Community (EAC), alors que le conflit militaire marque une pause s’en faisant entrevoir de sortie de crise.

La force régionale, qui a pour l’instant la main sur le déploiement militaire sur le terrain, n’a pas réussi jusqu’ici à s’imposer face au M23 et s’est transformée en « force neutre », à la manière d’une Monusco-bis déjà largement impuissante.

La part du lion aux institutions politiques au détriment des secteurs sociaux …

C’est ce qui ressort du Rapport de l’Observatoire de La Défense publique ( ODP) qui s’étale sur trois dernières années . Ce document a été rendu public le 30 avril dernier à Kinshasa stipule que plus de 22 milliards de dollars américains de recettes ont été mobilisés en interne, des recettes issues essentiellement du secteur minière Mais l’ONG congolaise s’étonne que les fautes des gestions comme les dépassements budgétaires ne soient toujours pas sanctionnés en RDC.

Résultat, les secteurs sociaux ont vu leurs crédits consommés essentiellement par les institutions politiques. C’est le cas de la santé dont les dépenses n’ont été que d’un peu plus d’un Milliard de dollars en trois ans alors que les budgets initiaux prévoyaient plus de 2 milliards de dépenses, une des raisons selon l’ODP de la non effectivité de la couverture de santé universelle des soins primaires, l’un des programmes phares du Félix Tshisekedi .

Les affaires sociales n’ont obtenu que 60 millions de dollars sur les 178 millions prévus .Le secteur productif, celui des infrastructures, ont subi le même sort . À en croire l’ODP, aucun facteur ne justifie le manque des disciplines budgétaires même quand le gouvernement évoque les dépenses de sécurité colossales.

L’heure ne court pas en faveur de Félix …

Tout porte à croire que les choses ne sont pas en faveur de Félix Tshisekedi . À la Majorité présidentielle de peaufiner des stratégies pour renouveler la confiance des congolais. L’heure n’est pas à continuer de contempler le récent succès au stade des Martyrs dont ce bain de foule peut se comparer à tout moment à un Cheval de Troie .

Silas MUNGINDA

Partager via

Laisser un commentaire