Une nouvelle accusation de la RDC sur le M23, pour quelle finalité ?

La RDC est maintenant le pays le plus accusateur avec de zéro solution au problème de la paix dans l'Est de son pays. Où en sommes nous avec la SADC jusque-là qui a pour objectif de promouvoir et défendre la paix et la sécurité ? 

Toujours de mesures palliatives avec lesquelles la RDC croit avoir la solution, jusque-là 600 000 personnes sont déplacées dans la seule province du Nord-Kivu et plus de 38 000 congolais sont devenus réfugiés entre octobre 2022 et février 2023. Ceci conduit-il le gouvernement congolais toujours dans la théorie ? 

Pas vraiment une surprise pour cette manière de gouverner les choses. Le 16 janvier 2023, les participants de la 54e session ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) avaient adopté une déclaration sur la situation dans l'Est de la RDC où le M23 seme la terreur. D'ailleurs il était question de l'impérieuse nécessité d'unir les efforts pour préserver la paix et la sécurité. Sinon, cette  déclaration n'était qu'une parole en l'aire. 

Force est de constater que toutes les mesures que la RDC arrête pour mettre fin à cette agression rwandaise ne semblent pas trouver la solution tant attendue. Faute d’une solution politique négociée, le risque d’une reprise des combats est « réel », les Nations Unies.

Le jeudi 30 mai 2019 à Kinshasa, lors de la 48e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, le Secrétaire général aux Affaires étrangères de la RDC, Ileka Atoki, avait même souligné ces situations de crises sécuritaires chroniques mais aucune solution ne fut trouvée.

Pourquoi alors la RDC n'arrive pas à changer la carte de jeu diplomatique pour palier à cette situation qui date de longtemps, croit-elle à un bon résultat lié aux accusations qu'elle multiplie du jour au lendemain au moment où le M23 tue les congolais chaque jour ?

Cette lenteur de passer directement à l'action, peut-elle vider la population de l'Est quant à la tuerie successive par le groupe du M23 ? 

Un proverbe dit : « la faim d'un moustique ne peut jamais finir le sang d'un être humain mais, elle peut le tuer s'il ne fait pas attention ».

Carly Vangu

Partager via

Laisser un commentaire